Archives de septembre, 2013

Parfois ils nous arrive de nous emmerder profondément, et je ne parle pas de sodomie. Je veux parler du sentiment de savoir qu’on devrait être en train de faire quelque chose, mais notre esprit joue  cache-cache à mi-chemin entre le néant et l’incertitude. Le seul remède contre cette rigidité de l’inactivité consiste à se secouer, comme une truite dans une chaloupe, et sortir de cette torpeur qui, sinon, risque de nous mener à une très excitante sieste.

Dans ce cas précis, j’ai décidé de sortir une vieille session musicale du grenier. L’enregistrement laissait à désirer, mais je me suis dit que, si Sylvain Cossette pouvait baser sa carrière sur des reprises, je le pouvais bien aussi! Dans le fond, non… Puisque c’est pas moi qui chante sur cette version de Enjoy The Silence de Depeche Mode… Merde! Suis-je si poche que ça? 😦

Un gros merci à mes cousins James Boudreau et Luc Lévesque qui ont su puiser en eux une grosse truite. (je sais ça a aucun rapport, mais je voulais faire un rappel…)

 

Princeste

Publié: 9 septembre 2013 dans Pedro Blogotron, Uncategorized

Unknown

Tu dors à poings fermés

Et m’esquisse un sourire

Tes cheveux étalés sur ton oreiller

Donnent envie de te cajoler

Tu es belle à en mourir

Toute cette beauté est à moi

C’est moi qui l’ai créée

Je monte vers ton enfer et j’ouvre la porte de ton cauchemar

Oh comme je t’aime, ma petite princesse

Sois forte encore ma petite fée, car

Ta veilleuse s’est éteinte d’elle même

Tes poupées te font une étreinte…

 

Le silence est si bruyant que personne ne veut l’entendre…

Sois sage, il te reste encore plusieurs pages

 

Je te regarde fleurir, je ne peux te quitter des yeux

Mon petit rayon de soleil, l’éclipse t’appelle

Oui, maman se fermera les yeux

Tu sais bien comme elle est fatiguée

Elle le sait bien et ne fait rien

Celle qui t’a donné son sein

Désormais pleure ses larmes à ta santé

Cours vite te coucher et tu oublieras d’exister

Car bientôt viendra le temps de te border…

 

La cécité spontanée est le baume des insensés

Mais la honte, elle, est une bête qui ronge..

 

Les anges tournent autour de toi et me regardent avec effroi

Rien ni personne ne pourra arrêter ce mal qu’on m’a légué

Je t’ai donné la vie, mais maintenant, comment stopper cette envie

Chut! Ne pleure pas! La fille à son papa est entre ses bras

Elle ne s’échappera pas!

Je te caresse et je nourris ta détresse

J’expulserai l’âme de ton corps et sans aucun remord

 

Je sors de moi

Papa n’est plus là

J’m’agrippe aux étoiles

Mon âme et sa voile

Regardez comme j’me suis bien cachée

Ici personne ne pourra me trouver

Mais tu sais bientôt

Tu vas retomber

Le souffle coupé

Tes ailes ensanglantées

Je serai là toujours avec toi

Ensemble on fuira

Non, persone ne saura (là)

 

Contempler la chute de l’ange est si brutal

Mais il se relèvera

Encore une fois il resplendira

Ouvrez les yeux, nous sommes là

Vous qui êtes notre reine

Voici la forteresse

Nous serons désormais aux aguets

On doit donner à César ce qui appartient à Cléopatre : les gars de Country sont pour la plupart de très bons musiciens.

Maintenant, je me dois de faire une descente de lait envers Soundcloud… Incroyable comment leur convertion de fichier est mauvaise. La qualité de l’audio est vraiment exécrable. Mais que voulez vous ? Comme le disait Jean Chrétien avec sa voix suave de tordeur de cou « On fait avec ce qu’on a ».

La chanson est du groupe (chanteur?) Uncle Dad

Maintenant, tous en coeur, hiiiiiiiiiiiiiiiiiiii haaaaaaaaaa!