Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Publié: 15 août 2013 dans Pedro Blogotron

Unknown

Tout passionné ou collectionneur de chandelles s’est un jour posé cette question.

Quand nous sommes rongés par une passion qui dévore temps et argent, les plus allumés d’entre nous (ou moins courageux ?) se demandent un jour s’ils ont fait le bon choix en écoutant leur coeur qui pointait dans une direction qui avait toutes les apparences d’un cul de sac.

Qui a laissé entrer le doute? On l’entendait très bien, et depuis très longtemps, au loin dans le bois, qui hurlait notre inconscience. Nous  avions pourtant barré toute les portes, vérifié tous les issues, bouché nos oreilles, tenté de crier plus fort à s’en arracher la gorge. Mais maintenant il est pourtant là, assis près du foyer, et il nous regarde presque avec tendresse.

« Pourquoi ne m’as-tu pas écouté? Je ne voulais que ton bien. Regarde-toi maintenant, comme tu es las et amorphe. Le feu qui brulait en toi t’a consommé. Maintenant, je suis là pour t’avertir que, si tu ne m’écoutes pas, quelqu’un d’autre viendra cogner à ta porte. Cette personne ne sera pas aussi gentille que moi. C’est Monsieur Désespoir, et lorsqu’il t’enlacera, tu n’auras peut-être pas la force de repousser son étreinte, et il risque alors de t’emporter dans sa sombre caverne pour te dévorer. »

Comment nous sommes-nous retrouvés dans ce conte de mauvais goût?
Aucune idée, mais je crois savoir comment en sortir!

Il n’y a que deux option pour s’en extirper : écouter le doute et rendre les armes, ou oser démasquer ce faux ami et le renvoyer d’où il vient à grand coups de pied au derrière.

Rares sont ceux qui auront cette force, mais ceux qui réussiront réaliseront que le feu qui brulait en eux n’avait besoin que d’une petite brise pour illuminer le plus sombre recoin. Y compris la ténébreuse grotte de Monsieur Désespoir.

Mais prenez garde chers enfants, car le doute sera toujours sous votre lit et vous chuchotera à l’oreille toutes les nuits lorsque vous dormirez. Alors ne soufflez jamais la chandelle…

Plus j’écris moins je ris

 

commentaires
  1. La fouineuse dit :

    Moi je dis qu’il faut brûler la chandelle par les deux bouts, ça évite de manquer de lumière !😉

  2. Christian dit :

    Doutons même du doute.

  3. petrusblancus dit :

    Car nous somme jamais sûr de la certitude🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s